Happy Black History Month: Celebrate with Coloring Book of Black Hairstyles

*Scroll down for your FREE Coloring page download at the end of the post*

Do you remember my Black History Month Drawing challenge where I created illustrations featuring a little girl rocking different Black Hairstyles? Well, guess what? It is now a coloring book!

February is Black History Month, a time to celebrate the accomplishments and achievements of Black people across the diaspora. As an Afropean living in the US, this month has special meaning for me. I am reminded of how far we have come and how much further we still have to go.

This year, I am taking part in the celebration by launching a coloring book for all children about Black hairstyles. This book will help young people learn about and appreciate their own unique looks as well as those of their peers from different backgrounds. It will also provide them with a fun way to explore their creativity and express themselves through art.

By celebrating Black History Month and creating this coloring book, I hope to inspire young minds to take pride in their identity and be proud of who they are.

From Black History Month Challenge to Coloring Book Project

In February 2022 I challenged myself by participating in visual artist Vashti Harrison Instagram #28DaysOfBlackHair Challenge. At first of course, I was highly motivated but as the weeks went by, days got busy, and things became harder for me – Nonetheless, I am very proud to say that I was able to create more than half of the illustrations You can check out the process in this blog post.

A few weeks ago, while clearing some space off my computer, and going over some files, I revisited the illustrations and thought it would be a great idea to make these illustrations as a coloring book for children. There is never enough material representing children of color and I truly wanted to contribute to it.

The Process of Creating the Coloring Book

All the illustrations were in color so I had to recolor the artwork in illustrator. I also had to adjust some of the illustrations and rearrange the styles. Overall, it took me a couple of days to remove the colors.

After all the drawings were ready, I had to create the coloring book cover, as well as the inside layout from scratch using Adobe Illustrator. The result: a Coloring Book of Black Hairstyles featuring 16 Illustrations for Children! Take a look at some of the covers and some of the illustrations

Where can I purchase this Coloring Book?

Here!

Like my other coloring books (Coloring Books for Grown Ups and Les Meufs) you can now get this coloring book on Amazon (click on the link to be redirected to the page):

https://www.amazon.com/dp/B0BLGH1674

This would make a fun gift for a little girl or boy who enjoys coloring! In the meantime, you can download this coloring page!

Thank you for supporting independent artists.

Say I Love You, Say You Care…

Need a gift for the one you love (or yourself) this Valentine’s and Galentine’s Day? Don’t miss my Say I Love You collection on Society6 – the perfect way to show some love!

You can also find a selection of Heart Notebooks on Amazon Prime

and always, for more current updates, check out my Instagram!

Thank you for your continued support!
All my links: linktr.ee/daphneessietillustrations

Breaking News: iCanvas Collaboration

Please check out my page

New year, same me! 🤩I’m super excited to announce that I’m now a part of the amazing @icanvas family! Making art accessible to everyone at an affordable price – how cool is that?! 🎨

*iCanvas is one of the largest online providers of high-quality canvas art prints, focused on making great art affordable and accessible to everyone.*

Please check out art- my page

and always, for more current updates, check out my Instagram
Thank you for your continued support!
All my links: linktr.ee/daphneessietillustrations

“Dotted. A Fine Art Exhibit” Extended for January 2023 in Coconut Creek, FL

It has been another interesting year, and I am so grateful for all its blessings. Now that it is ending, I have one last event I would like to share with you all

My Exhibit Extended for January 2023 at the North Regional Library of Coconut Creek, Florida

Happy to announce that my exhibit will be extended next month, this time at the North Regional Library in Coconut Creek Florida!

Here’s the official announcement!

Here are some of the pieces you will be able to experience in real-time when you go visit!

*It is still at the Northwest Regional Library until the 3rd of January if this is more convenient for you!

*Happy Holidays and end of the year to everyone!


https://society6.com/js/show_banner.js

Wearable Art – My Kanzashi-Inspired Flower Bijoux in African Wax Accessory Line

Many moons ago, I started my first business: a Wearable Art Accessory line called Aoede’s Hands (pronounced A-YO-DEES).

Aoede’s Hands is a handmade Wearable Art line specializing in making African fabric Kanzashi-inspired flower accessories. It blends traditional Japanese fabric folding techniques with vibrant patterns and colors of African fabric commonly used for outfits. These pieces are not just trendy: they also classy and elegant and will enhance many outfits in your wardrobe.

These wearable art pieces are coated with Eco-Friendly Fabric Hardener to preserve their integrity and shape over the years. Additionally, they are extremely lightweight, so you won’t have to compromise the health of your ears.

But before becoming the line it is today, there were many trials and errors, and even a time during the Pandemic when I had completely given up and closed shop.

But let’s start at the beginning of my journey.

How I started my Jewelry Line

It had never occurred to me that I could make handmade jewelry, until my friend Hiroko who was going to FIT at the time gifted me with a pair of gold leather earrings she had made in class. After inquiring further, I decided that I too would be making some for myself. After all, as a full-time student living in Brooklyn NY, and with rent and other responsibilities to take care of, I could not afford the fancy things I had my eyes on… After doing some online research I stumbled upon these Kanzashi flowers – which are “hair ornaments used in traditional Japanese hairstyles”. I absolutely loved it and thought they were absolutely stunning. One day I decided to head to the library by my house, by Grand Army Plaza and checked out some crafts books for review.

At the time (2010), Youtube was still relatively new, so I was mainly surfing the web and researching blog posts on crafting. One beautiful afternoon, I jumped on the 2 train and headed to midtown manhattan to the fashion district so I could visit and grab some fabric and jewelry findings. Of course, I first started with Mood, but as I was walking on 35th street between 7th and 8th and found a Senegalese vendor who had an amazing section of African fabric. At that moment, I had a revelation: I should use African fabric to honor my African roots!

From Experimenting to Mastering a Sewing Technique

I went home and started experimenting with fabric and shapes. There were different styles that I thought would theoretically look good, so I had to do it. I quickly encountered my first challenge: I noticed that after a while the earrings would lose their shape. I had to be creative: Why not use hair spray? If it could keep your hair stiff, so it could keep cotton stiff too! I picked a small extra hold spray bottle to try and went home: it worked and I was able to finally get some decent pairs of earrings. That is how I created my first pair of earrings. Later I would find an eco-friendly fabric hardener at a sculpting store in New York, that I still use to this day.

How I Started a Small Business Selling Wearable Art

Whenever I wore my creations people in the street would compliment me and once someone asked me where they could purchase them. That’s when I started to think about making some more and starting to see them to people who asked including my friends. I had a few sale events at my house and then, I started to participate in a few local markets. Every time I would travel to Europe, I would bring some to sell to friends there so I could get some cash to use on my vacations. Finally, I started an online store on this new website for handmade stuff called Etsy.

After a while, I created a small sole proprietorship that I named Aoede’s (the greek muse of music – I was studying Jazz performance at the time).

Aoede’s Hands: A Unique Look

I have to admit, some people tried to imitate and copycat over the years, but I am proud to say that you will not see African Wax Fabric featured so that way anywhere else. I was able to develop beautiful work and you’ll be amazed by the craftsmanship and quality of these handmade accessories. But do not take my word for it:

*note these earrings are size extra small and I make these on demand*

Aoede’s Hands Today

Before moving to Florida a couple years ago, I sold all I had left at wholesale prices and closed the business. A few months ago, a friend of mine encouraged me to get back at it… so I did.

I am back at handcrafting beautiful Kanzashi flowers with love, to cater to women and men who have unique looks and bold personalities.

If you like vibrant colors and African Batik, you will be sure to find something you like here!

*I used to make very large earrings as you can see on previous pictures, but not I mainly create these sizes (although occasionally I make larger size on demand)


It’s been a long and interesting journey and I am grateful to everyone that has ever purchased anything from me. I had taken a break anything for a while and this year a friend of mine encouraged me to start over again a few months ago.


Maybe you have a friend’s birthday coming up or just feel like treating yourself for the holidays, please check my online store! If you are in the Fort Lauderdale area you also can find them at the Sistrunk Kollective inside the Sistrunk Food Hall.

Right now, to celebrate the end of 2022, I am having an Online Sale of 15% OFF all pairs of earrings. Free domestic shipping!

*Note that the extra large earrings are made on demand*

Happy Holidays!

LAX – Chapitre 4 (Short Story en 4 actes *en Français)

A 2h15 du matin, mon téléphone sonna. Il était temps de me lever: les shuttles étaient prévus dans les prochaines 45 minutes. J’eu du mal à émerger. L’adrenaline de la veille avait empêché mon sommeil de s’installer après ma douche froide, et une fois endormie (pour une période qui n’avait pas pu excéder une heure) il était deja temps de se réveiller… J’avais pourtant l’habitude des nuits blanches et du manque de sommeil: à Marseille Wary, et sa soeur Yaya, venaient généralement me récupérer en voiture à 1h du matin pour aller en boite – nous faisions notre entrée remarquée sur la piste de dance vers 1h30, et nous rentrions pile à l’heure pour récupérer des croissants et pains au chocolat à la boulangerie de la gavotte. J’enchainais parfois même ces nuits blanches avec des matinées de ménages avec ma bff Sana. Plus tard, après un bon déjeuner, une petite sieste suffisait à me requinquer, et une baignade à l’Estaque avec Gina, à complètement revigorer mon énergie. Après dîner je m’endormais devant le film du soir puis me réveillais en sursaut quand Wary faisait sonné mon Nokia 3310 vers minuit pour me rappeler qu’elle viendrait me chercher dans l’heure suivante pour de nouvelles aventures… Tel était mon quotidien estival: à la fois festif et oisif, et surtout sans véritables soucis.

Mais depuis mon arrivée aux Etats-Unis, j’étais épuisée. Au début, j’avais mis cela sur le dos du décalage horaire, mais cet épuisement – sans doute psychologique – m’était resté. C’était sans doute l’air Californien qui me faisait ça… je me dirigeait tant bien que mal vers la salle de bain et commençait à me débarbouiller tout en pensant aux évènements de la veille. A chaque fois que je fermais les yeux, je revivais la sensation des lèvres de Kojo sur les miennes. Il me fallut toute ma force pour réouvrir les yeux et m’habiller. A 2h55, je pris l’ascenseur, en espérant y voir Kojo, mais ce ne fut pas le cas. Je déposai la clé de ma chambre à la réception de l’hôtel, et me dirigeais vers  la sortie où un shuttle attendait les passagers de la veille. Je m’y et m’installais coté fenêtre. Dès lors, je vis Awa et Kojo sortir de l’hôtel, et se diriger vers le parking. Awa m’aperçut et me fit signe de la main, je lui renvoyai son sourire. Mes yeux croisèrent ceux de Kojo et mon coeur s’emballa. Je tournais mon regard de peur qu’il puisse voir au fond de mon âme. Le shuttle démarra alors qu’ils s’introduisaient dans la voiture.

Etais-ce le manque de sommeil ou la montée de dopamine qui projeta mon cerveau dans un état tel que j’en perdis pied? Surement un peu des deux: j’étais soudainement envahis d’un désir impassible, d’une envie de tout claquer, j’étais prête à tout lâcher… Le calme que m’avait procuré la douche froide quelques heures auparavant s’était maintenant dissipé – mon sang était de nouveau en ébullition…tout ça pour l’opportunité éphémère d’un nouveau baiser. Ma naiveté m’empêchait de réaliser qu’un acte aussi anodin ne faisait lieu d’engagement… a moins que… J’imaginais des scenarios dignes des idylles les plus langoureuses d’un roman Harlequin… mon coeur battait si fort dans ma cage thoracique que j’avais l’impression qu’il allait s’en déboîter. Les dix minutes nous séparant de l’hôtel à l aéroport me parurent interminables. Finalement, le bus s’arrêta. Je décidai de laisser les autres passagers sortir en premier. Dès ma sortie, je vis Awa: elle se dirigea vers mois a grand pas et me donna un hug. J’en avais vraiment besoin. Je lui souris: 

– “How did you sleep”? Elle m’expliqua qu’elle avait dormi “like a baby” mais que c’était trop court; mais ce n’était pas trop grave car elle pourrait se rattraper dans l’avion. 

-“What about you?” Je répondis calmement qu’avais eu du mal à aller dormir mais que j’allais aussi me rattraper dans l’avion. Pendant un instant, il y eut un silence – puis finalement, Kojo demanda à sa fille d’aller lui acheter un café puis alors qu’elle s’éloignait s’approcha et d’un air grave me demanda: 

-“Can we talk?”. Il voulait me parler: que voulait-il me dire? Voulait-il que je claque tout pour rester vivre ici avec lui? Mais qui aller aider Awa à Paris pour sa correspondance? Mais qu’allais-je dire à ma famille en France? Je n’avais pas de sous, peut être je pourrais trouver un petit boulot…

-“Daphné?” La voix de Kojo me ramena sur terre.

-“I am sorry I am just a bit tired, what’s up?”

-“I wanted to apologize for yesterday.”

Ne sachant pas exactement pour quelle partie de la journée précédente il s’excusait je retorquais: –“Yesterday?” – impossible qu’il parlait de la galoche – 

“Well, I should not have kissed you.”

Il parlait de la galoche. 

Il avait l’air embarassé. Nos yeux se croisèrent enfin et il me laissa prendre sa main; I whispered:

“…but I liked it”  bold.

[ He smiled, and bit his sexy lips] -“I liked it too;”– emporté pas la foule qui nous traîne, nous entraîne… – –“Listen…” il lacha ma main “You are an amazing young lady, with a bright future ahead of her, I am convinced of that! But even tho you are just sooo beautiful it wasn’t right. I should not have done it, do you know what I mean?”

– “Do you mean if I were older?”

Il sourit.

– “Please forgive me?”

Une partie de moi était anéantie. Qui a dit que l’embarras ne tuait pas? J’avais l’impression d être à la fin de ma vie*. En même temps, impossible de laisser ma déception transparaître – ma vulnérabilité prendre le dessus – sous peine encore une fois – d’hémorragie oculaire, comme le dirait Monsieur Solaar. Le temps paraissait s’être arrêté; peut être pouvait-il lire dans mes pensées? Il reitera:

“Please forgive me?”, he begged.

“I understand, and I accept your apology” franchement je understandais rien du tout mais que vouliez-vous que je dise sans perdre la face exactement, hein? “Maybe I’ll see you next lifetime?” fredonnais-je à la Erykah.

-“I love that song” Awa s’exclamait, un café à la main pour son père et un sac remplis de snacks dans l’autre. 

Where’s my change?

I love you, daddy!” Dit-t’elle avec sourire malicieux. “Come on let’s go, we are going to miss our flight!”

Il était l’heure d’embarquer: Kojo s’approcha et me remercia encore une fois de bien vouloir veiller sur Awa pendant ce voyage. 

“You are welcome”. Il me serra dans ses bras. J’embarquai la première, lui laissant quelques minutes d’intimité avec sa fille qui me rejoindrait très rapidement. Le souvenir de son corps contre le mien, ce corps à la fois athlétique et chaleureux, et ses lèvres délicieuses alimenteraient mes souvenirs pendant des années, les jour les jours la bonne humeur me ferait défaut ou que le mistral soufflerait à outrance. Awa, arriva quelques minutes plus tard et s’assit dans le siège à coté de moi. Elle s’endormie dans les 5 minutes qui suivirent sans meme écoute les consignes de sécurité.

Du hublot de l’avion, je regardais le terminal de LAX défiler à grande vitesse pendant notre envol… Je sortie mon mini dictionnaire, un stylo et le magasine Essence de mon sac a dos et commençait à décrypter ses articles.

FIN

LAX – Chapitre 3 (Short Story en 4 actes *en Français)

Pour la premiere fois depuis mon arrivée à LA, j’allais passé ma nuit dans un vrai lit. Le séjour avait été hectic et j’avais passé plusieurs nuits sur des matelas par terre, chez des amis de Linda. Cela ne m’avait pas forcément dérangé, mais j’étais quand meme contente de pouvoir profiter d’un peu due calme et d’intimité.

Kojo m’avait donné rendez-vous pour aller diner – Vu l’heure à laquelle le vol était le lendemain matin, il avait opté de rester a l’hôtel ce soir là avec sa fille au lieu de conduire. Les bagages étaient restées a l’aéroport et heureusement, j’avais un rechange dans mon sac a dos pour le vol du lendemain. J’allais me débarbouiller, puis décidais d’appeler mon oncle Bernard afin de l’informer de mon retard et des nouveaux horaires d’arrivée. Nous avions prévu de nous rencontrer dans le lobby de l’hotel à 20h30.

A travers ma fenêtre d’hôtel, j’observais la nuit qui commençait à tomber: le ciel aux teintes chaudes, presque incandescentes, parsemé de nuages formant un effet fibreux, annonçait sans doute la pluie ou un brouillard matinal. J’étais impatiente de retrouver le ciel bleu de la Méditerranée, la plage de la Corbière avec mon amie Gina et les nuits blanches à danser sur des sons de DJ Alexis qui nous ambiançait avec des rythmes syncopés au Monkey Club – tout pour oublier la déception de ce voyage. Cependant, je voulais tout de meme relativiser. Après tout, peut être la véritable raison le destin m’avait mener à des kilomètres de Marseille était afin de rencontrer Kojo. Dans l’Alchimiste de Paulo Coelho, Santiago part a l’aventure vers les pyramides d’Égypte, et fini par se rendre compte que ce n’étais qu’une ruse de l’Univers. En “arabien*” ils disent Mektoub – “c’est écrit” – Cabrel en a même fait une chanson…

L’espace d’un instant, j’étais autre part: dans les bras de Kojo – ses lèvres contre les miennes, nos corps entrelacés. L’espace d’un instant j’étais quelqu’un d’autre: une femme fatale dont l’assurance indéniable lui permettait d’obtenir tout ce qu’elles désirait. La sonnerie du téléphone interrompu mon daydream. On m’attendais dans le lobby. J’attrapait mon gilet pour et me dirigeait vers l’ascenseur.

Malgré le fait d’avoir manger quelques heures plus tôt, Awa avait insisté d’aller “grab a bite out”. -“Do you like burgers” Kojo m’avait proposé. “Sure”… Awa voulais absolument aller chez In-N-Out Burger – one last time before going to Africa. Je ne connaissais pas cette enseigne, mais je dois dire que les hamburgers avait l’air pas mal. Malheureusement, je n’avais plus vraiment d’appétit après le barbecue; Kojo pris l’initiative de m’en commander un à emporter “for later”. J’avais tout de même la place pour un milkshake: the last one before France. Nous nous essayons sur la terrasse devant le fast food restaurant. Pendant le repas, j’appris que Awa voulais devenir un “entertainment lawyer” – avocat pour les stars, et que son séjour en Afrique ne serait que temporaire. Elle avait déjà des noms des universités auxquelles elle postulerait pour son undergrad, et l’école de droit dans laquelle elle voulais appliqué après obtention de son Bachelor Degree. Moi qui était 4 ans son ainée je n’avait aucun véritable projet. Je ne connaissais même rien aux différents cursus universitaires et leur débouchés. J’avais pourtant été une bonne élève pour la plupart de ma scolarité, et avait eut mon bac du premier coup. Après une années à la fac, ma première année d’indépendance, qui avait essentiellement consisté à assister à une poignée de cours, mais surtout passer des soirées entre potes dans les dortoirs des Gazelles à Aix-en-Provence et soirées étudiantes avec mes copines pour chercher des gavalos, je n’avais rien accomplit de “notable”. J’étais encore moins préparée à ma prochaine rentrée scolaire et n’avais aucune perspective immediate. Quand Kojo me demanda ce que j’étudiais, j’improvisais avec une assurance qui m’était propre, et malgré ma soudaine prise de conscience, que j’étais étudiante en science-éco à la faculté d’Aix-en-Provence avec un futur dans le commerce international. I felt like a fraud… Pour éviter les questions supplémentaires, je changeais précipitamment de sujet pour quelque chose de plus léger:

“Have you ever met celebrities in LA?” A Marseille je voyais les mecs d’en ville (Iam, la Fonky Family etc…), quand des fois j’accompagnais mon ami Igor (de son vrai prénom Jamel) au Bon Burger (la Rue, pour les intimes) vers Belsunce, mais ce n’était rien comparé aux stars américaines. Kojo partageais qu’une fois au ciné Awa et lui s’étaient retrouvé assis a coté de Montell Jordan

-“He is real tall” dit-elle.

“Montell Jordan from ‘This is How we do It?’” Je m’exclamais. C’était l’un des premier CD que reçu en cadeau de la part de ma grand mère. Elle l’avait d’ailleurs acheté a son escale a LA, dans l’aéroport. Je le connaissais toutes les chansons de cet album par coeur. Puis Awa dit qu’elle avait rencontré Kobe Bryant à un événement, et ajouta qu’il était encore plus beau en vrai qu’a la télé:

-“He IS soooo fine, and strong” dit-elle langoureusement et en plissant sa bouche. Je pouvais voir à sa posture qu’elle revivait le jour de “leur rencontre”. J’acquiesçais: je lui expliquais que j’étais amoureuse de lui et qu’il était mon futur mari:

“You see, his jersey number in LA Lakers is 8, and I was born 8/8 in Los Angeles: it is a sign.” Kojo nous regardait nous chamailler d’un air réprobateur. Je ne sais pas si c’était parce que sa fille de 15 ans parlais d’un homme devant lui ou qu’il étais jaloux que j’avais des vu sur Kobe. Kojo nous cassa notre délire en nous informant qu’il avait surement déjà plein de groupies, mais que “we could dream” – -“don’t be a hater” lui dis-je en rigolant. Il me regarda du coin de l’oeil et me souris: tu sais quand une chaleur intense s’empare de toi depuis ton ventre et se propage a 100 à l’heure d’une extrémité a l’autre de ton corps? comme ça. J’eu du mal a garder mon cool, mais je lai tout de même fait.

Après quelques heures à rire et discuter nous décidions de rentrer a l’hôtel. Après tout, nous n’avions que quelques heures avant notre wake up call. Awa s’arrêta au 3eme étage, et Kojo proposa de m’accompagner à ma chambre pour être sur que “rien ne m’arrive” entre le 3ème et le 6ème étage. – “You never know” – “See you tomorrow, Awa”. La porte de l’ascenseur se referma et pendant les quelques secondes qui nous séparaient du prochain étage, Kojo et moi étions silencieux. – “So you mentioned you were born here, in LA?” Il demanda, brisant le silence pesant. Je lui expliquais que ma mère était Française, mais qu’elle habitait aux Etats Unis pendant près de 10 ans. Elle avait rencontré mon père ici, à la fin des années 70 – elle n’avait jamais parlé de ce sujet ouvertement – et malgré mes questions jamais réellement données de véritables réponses – j’avais donc décidé de prendre le taureau par les cornes, et faire mes propres recherches. J’était venu passer un mois ici afin de le trouver. Une de ses amies, Linda, après avoir consulté des dossiers à la DMV, avait trouvé un homme au même nom à San Francisco – nous y étions allé. Malheureusement, la personne n’habitait plus à cette adresse et nous étions revenue bredouille.

– “It must have been disappointing, I am sorry”.

Ces mots d’empathie me touchèrent. Soudain je me rendais compte de tout ce que j’avais enduré pendant ces dernières semaines, pendant toutes ces années. J’étais en colère par les injustices et surtout les le refus de transparence et honnêteté de ma propre génitrice. Allez savoir: sa peur du jugement l’empêchait peut être cette décence à mon égard. Tant de temps perdu, pour quelles raisons? Frustrée, je versais une larme. Kojo s’approchât et me pris dans ses bras. Comme par magie, les choses allaient instantanément mieux. Ah la jeunesse…

– “It’s going to be ok, I am sure one day you’ll find him.” – “Maybe… I hope so.” je souris

-“So, anyway did you enjoy your day?”

-“No: it was even better! I had a blast, it was amazing! Thank you so much for inviting me”. Je n’avais pas vraiment les mots pour articuler toutes les émotions qui s’emparaient de moi.

“Yeah, I saw you were talking with Lonnie at the house party”

“Yes, he is a rapper and he was telling me about his group” -“Hmm ok”

-“Were you jealous?” Demandais-je en rigolant

“What if I were” La chaleur – frère – je bouillonais. L’intro de NTM – “La Fièvre” – bourdonnait dans ma tête. Les secondes passaient désormais au ralenti – quand il se pencha vers moi, j’eu cru mourir – métaphoriquement biensûr [je suis Marseillaise après tout]- une odeur subtile, le mélange exquis de son parfum et son odeur corporelle inondait mes sens quand il approcha ses lèvres de mon visage – et j’approchais mes lèvres de ses lèvres. Nos langues dansèrent la lambada – sur ta tête de ma mère. Je me croyais dans un clip de Joe.

Soudainement, il pris un grande respiration, s’excusa, puis pris la fuite.

Bouche bée – et confuse je refermais la porte de ma chambre derriere moi, puis me dirigeait vers la salle de bain pour prendre une douche froide. 

LAX – Chapitre 2 (Short Story en 4 actes)

Comment eu-je pu refuser à une bouche si parfaite?

Je partais donc à l’aventure avec des gens qui une demi-heure plus tôt n’étaient que de simples inconnus; pourtant, je ne pouvais m’empêcher de constater une forme de familiarité, j’étais parfaitement à l’aise avec eux. Comme s’ils faisaient parti de ma “long lost tribe”.

Nous sortîmes du hall et nous dirigeâmes vers le parking. Les voitures américaines, me paraissait toujours énormes comparées aux voitures françaises: je les voyais comme ces gros paquebots qui traversent la Méditerranée – comparées au “pétalugue” de mon grand père. Certaines même sautillaient comme des lapins ; enfin, dans les clips de Snoop Dogg et Dr. Dre – on appelait ces dernieres des lowriders. Depuis mon arrivée en Californie, je scrutais les avenues dans l’espoir d’apercevoir un de ces spécimens, et peut-être même en prendre une en photo. Malencontreusement, la chance n’avait pas été au rendez-vous et mon séjour dans l’ensemble n’avait pas été à la hauteur de mes attentes, sans doute, du par le manque de diversité des amis de Linda. 

Le carrosse de Kojo, bien que blanc, n’était qu’une simple berline qui à vu d’oeil avait un bon nombre années à son actif. Je m’asseyais sur le siege arrière. Ou allions nous? Aucune idée? Un kidnapping n’avait même jamais frôler mon esprit, bless my soul. J’étais trop contente pour penser a ce genre de chose. J’imaginais déjà que les amis de Kojo étaient plus dans le style Living Single que Friends – West Coast edition. Nous roulions pendant un peu moins d’une demi heure et arrivâmes devant une maison similaire à celles que j’avais déjà vu dans certains films Noir américains. Dès notre sortie de la voitures, des odeurs de viandes grillées et de friture envahissaient mes narines et engendrait en moi une fringale insoupçonnée – me rappelant que je n’avais pas encore eu de véritable repas de la journée – juste quelques cookies et un thé (je n’avais pu trouver de café buvable durant tout mon séjour).

De là où nous étions, j’entendais déjà la musique mêlée aux voix et rires des invités. Un tas d’émotions traversaient alors mon corps: j’éprouvais à la fois de l’excitement, mais aussi une sorte l’apprehension: oui, j’étais venu ici avec l’espoir de trouver mon père biologique – enfin du moins la personne dont le mon apparaissait sur mon acte de naissance – et n’ayant pu assouvir cette quête, avais tout de même espéré découvrir et vivre un semblant dans la culture que je croyais mienne – une culture qui jusqu’à présent ne s’était présentée à moi que sous forme de clips Hip Hop, Soul et RnB, films  et series Noires américaines et donc des tonnes d’aprioris, comme je le découvrirait des années plus tard.  Même si pendant mon séjour, j’avais été sur le tournage du clip de Enrique Iglesias, promené à Santa Monica et Venice Beach, fait du shopping sur Melrose Avenue, pris des photos à Malibu – (choses que je trouvais exceptionnelles), une partie de moi felt like i something was missing, comme si – le fait de n’avoir réellement interagi avec aucunes personnes noires tronquait une partie de mon experience. Clôturerai-je ce séjour en beauté? La main de Kojo sur mon épaule me ramena à la réalité. Il était près de moi. A l’apprehension, se mêlaient maintenant les hormones. Je ne pouvait rien y faire… alors je lui sourit et fit de mon mieux pour garder mon calme. 

“Are you Ok?” 

“Yeah, I am just a little shy”

Awa couru vers un groupe de deux jeunes filles qui m’exclamèrent de joie quand ils la virent. Cela me mis un peu mal a l’aise, sans doute car cela me rappelait que personne n’avait jamais eu ce genre de réaction à mon encontre, un enjouement spontané à mon égard. Etait-ce par pudeur que ceux qui m’entouraient n’avait jamais eu ce genre de comportements? Sans doute, les gens sont bien moins “performatif” en France. Kojo et moi nous approchâmes du trio et fûmes accueillis avec une énergie similaire. It felt good to be welcomed as such – for no other reasons we were here. Instantanément cet accueil permit de dissiper quelques tensions. 

-“This is Daphné, she’s on the same flight to Paris as Awa – she’ll help her get on the right flight once in Paris” 

– “Hi, nice to meet you” repondirent-elles en unison.

Tout comme Awa, et malgré leurs ongles manucurés et cheveux parfaitement coiffés, les jeunes filles que l’on venait de me presenter dégageaient une candeur éclatante. Jamila et Rana, étaient soeurs. Elles avaient la même complexion mais leur trait de visages différaient complement l’une de l’autre. Je me demandais un instant si comme mon prof de math, les gens les confondaient l’une pour l’autre. Kojo me demanda si j’allais bien 

– “I’m okay”

Il m’annonça que nous étions donc chez son meilleur ami – DeVante (I swear I am not making this up*) 

– “ok come on, let’s go”. 

Nous nous dirigeâmes vers le backyard. Mon coeur battait la chamade. Moi qui pensais le matin même repartir bredouille d’experiences “afro-culturelles”, pouvais désormais noyer ma déception dans un verre de punch: wishes did come true, in the Land of the Free, and God was showing me she got my back! Soudain, les couleurs semblaient plus riches, la musique plus entrainante et l’enjouement des gens contagieux. Kojo me présenta à plusieurs personnes dont j’oubliait la moitié des prénoms. Il s’échappa une instant me laissant avec tant bien que mal avec une dame qui d’après Kojo était la tante de Devanté, mais dont le visage n’arborait aucun passage du temps. J’avais du mal comprendre. Elle me dit: “You are so pretty, you know who you look like: Halle berry” 

j’avais encore plus de mal comprendre: mais de quoi parlait-elle? 

“I am sorry I do not understand” 

“You know the actress Halle Berry?”

Peut-être que mon anglais n’était pas si mauvais que ca âpres tout. Kojo revint avec une assiette en papier remplit d’un monticule de nourriture; Je souris et acceptais l’offrande. 

“Don’t she look like Halle?”

Il m’observa quelques secondes puis dit: 

“I’d said more like Jada”. Pendant qu’ils débattaient, j’auscultait méticuleusement mon plat. Je distinguais certains aliments: il y avait du poulet frit. Peut être des patates? un gratin de pates? puis quelque chose qui ressemblait à des l’épinard, mais qui n’en était pas. Devant mon visage interloqué Kojo m’expliquait gentiment la composition de mon assiette: 

“Fried chicken, Mac and Cheese, potato salad and Collard Greene – I hope you like it” – ce sourire, sigh

“Well, we’re about to find out”. 

C’était la première fois que je mangeait “soul food”, et mes papilles gustatives n’était pas déçues. C’était différent et nouveau, certes, mais je retrouvé dans ces mets des saveurs familières qui me confortaient et me rappelaient combien je préférai les plats fait maison aux surgelés. Ce n’était pas mal du tout: tellement meilleur que les plats dont j’avais été sujette les semaines précédentes. L’après-midi passât et il était presque l’heure de repartir à l’aéroport; je m’excusais et parti utilisé les toilettes à l’intérieur de la maison. Dans le salon, une télé à l’écran le plus gigantesque que j’ai vue de ma vie prenait la plus grande partie du mur; l’image était pristine. Awa, Jamila et Rana étaient assises sur le canapé en train de manger des popcorn. D’un coup Rana s’exclama: 

“Be quiet – the new Destiny’s Child video is about to air.” 

Curieuse, je m’arrêtais dans mon élan, ma vessie n’aura qu’a bien se tenir. Je connaissait ce groupe. Ces filles avaient sorties quelques années plus tôt le remix d’une de leur chanson featuring le rappeur des Fuggees, Wyclef Jean. A l’époque je me souviens avoir vu le clip chez ma copine Sofia, puis entendu la chanson en boite. Un veritable tube, j’était donc excitée de voir ce nouveau clip. Un salon de coiffure à l’architecture moderne – une jeune fille, splendide. Elle s’embrouille avec son gavalo: apparemment un soucis avec la voiture… Les regards réprobateurs des clientes en disent long sur leurs pensées… un harpsichord? La chanteuse – je crois Beyoncé il me semble, parait énervée, mais cela ne l’empêche pas de mettre les rouleaux à sa cliente. Les américaines sont vraiment professionnelles… jusqu’a ce qu’elle commencent à danser au milieu du salon. Ce n est qu’un clip après tout… Un tas d’emotions m’envahissent et des questions viennent en moi: comment avoir les cheveux aussi long et si raide? Moi qui n’ose pas mettre des shorts à cause de mes cuisses et mollets, je trouve les rondeurs magnifiques sur elle. Ou puis-je me procurer des shorts comme ceux la? Pendant 4 minutes, les neurones de mon cerveau sont en ébullition. La vie est parfois pleine de situation inattendues. Qui aurait cru que lors de mon dernier jour à Los Angeles, durant mes dernières heures sur le sol américain, j’aurai enfin l’opportunité de me plonger dans une telle experience? J’en avais presque oublié mon vol pour Paris…

Kojo nous annonça qu’il était temps de prendre la route afin d’éviter les embouteillages. Un jeune homme que j’avais remarqué dès mon arrivée mais qui, apparemment, n’avait pas osé venir me parler plus tôt, s’avança et complimenta mon apparence. La première chose qui me marquait était son teint parfait parsemé de quelques taches de rousseurs: moi qui passaient des heures à m’occuper de ma peau, j’enviait ceux qui semblaient justement de pas avoir de soucis de ce coté la. Il avait des tatouages colorés sur ses bras aux tons verts et bleus, sur le thème de la mer. Une sirène, un marin, des vagues… Malgré ne jamais avoir été attirée par les tatouages, j’appréciai grandement “the artistry”. Il avait une voix grave et sensuelle, un ton “laid back” et des yeux en amandes couleur noisette – c’était dur de me concentrer sur ce qu’il disait. Je compris que son nom était Lonnie, et il m’offrait une cassette mixtape que son groupe de rap avait enregistré: 

-“This is an exclusive record – real West Coast Hip Hop!”. Braga-il. 

J’étais plus dans la musique East Coast, mais je ne voulais pas être impolie – De plus, cela ne pouvait heurter ma culture Hip-Hop! Il avait inscrit son adresse a l’intérieur de la pochette et me fit promettre de lui envoyer une carte avec mes commentaires sur son flow une fois que j’aurais écouter la cassette. 

-“I promise!”. Je le remerciait – et lui donnais un hug d’au revoir. 

C’était le moment des adieux. Je me demandais si la famille que je n’avais pas trouvé ressemblait à ça: s’ils faisaient des barbecues entre amis avec de la musique, de la bonne bouffe, des rires et disputes, accueillaient les étrangers comme moi comme s’ils et elles étaient un des leurs.

Sur le chemin du retour, j’avais le coeur gros: remplit de gratitude pour cette belle journée. J’étais aussi un déçue qu’il ait fallu attendre mes dernières heures – et une panne d’avion pour vivre ce genre d’experience. A notre arriver a LAX, alors que nous marchions vers le hall d’entrée, Kojo me demanda pourquoi j’étais soudain si silencieuse. Je n’avais pas les mots pour articuler toutes les émotions qui simultanément m’animaient à ce moment – ces dernières heures en sa compagnie et celle de ses amis avaient été l’un des moments les plus mémorables de mon voyage. 

-“I wish we met earlier and so I could have experienced this type of LA” Kojo turned around et avec un sourire en coin s’exclama: 

– “Maybe you should stick around a bit longer then

Je réprimais presque instantanément mon envie d’accepter ce qui semblait comme une invitation. La tentation était grande, mais je ne pouvais pas ne pas rentrer. Du haut de mes 18 ans et 11 mois, il ne m’était pas venu à l’esprit qu’il plaisantait. Dans mon élan, j’énumérais mentalement les raisons pour lesquelles c’était impossible: mon billet était non-échangeable et non remboursable, et je n’avais pas les moyens d’en acheter un autre – parlant d’argent, j’avais vraiment fait des emplettes sur Melrose et je n’en avais presque plus. J’avais promis à ma copine d’aller avec elle a la soirée Mister Black au Florida Palace le samedi en rentrant- avais-je mentionner qu’il était beaucoup plus âgé que moi! Finalement, aurai-je le courage de faire quelque chose d’aussi audacieux. Je ris nerveusement afin pour cacher mon désarroi.

Dans le hall d’attente, les passagers de notre vol étaient agglutinés au comptoir d’embarquement. Une française complètement exacerbée par l’attente, essayait tant bien que mal de se plaindre au pauvre agent d’escale qui balbutiait des excuses incomprehensible dans une langue de Molière douteuse. Après un quart d’heure d’attente on nous annonçât que le vol était annulé et que nous partirions le lendemain à 5 heures du matin. Des shuttles nous attendaient à la porte et nous accompagneraient à l’hôtel ou nous passerions la nuit. Je ne pouvais m’empêcher de penser que l’Univers conspirait peut être en ma faveur.

LAX – Chapitre 1 (Short Story en 4 actes)

Nous arrivâmes à l’aéroport de LAX vers midi. Nous avions passé les trois dernières semaines à chercher l’homme dont le nom apparaissait sur mon acte de naissance, recherches vaines qui nous avaient menées jusqu’à San Francisco. Nous nous y étions rendus en autocar. En y repensant, je me demande maintenant pourquoi. Pourquoi n’avions-nous pas loué une voiture et conduit le long du pacifique? Pourquoi ne nous étions-nous pas laissés charmer par ses paysages formidables, au lieu de se taper 500 miles en bus? Sans doute une question d’argent… 

“Darling, I have to go now. Alberto is double parked and I can’t have him waiting on me for too long. You gon’ be ok, right?” Me laissait-elle le choix de ne pas l’être? Bien sûr que je pouvais me débrouiller seule. Après tout, j’avais bientôt 19 ans! Et d’ailleurs ne m’étais-je pas débrouillée seule avant ça? Quand lors de mon vol d’entrer sur le territoire américain je m’étais fait escorter, puis questionner par les officiers de l’immigration à mon escale d’Atlanta: 

Why are you here?” Pourquoi tant d’acharnement? Et pour quelles raisons avais été interrogée de la sorte? Moi qui pensais que mon passeport “Kainri” me préserverait de ce “genre de traitement”. On m’avait relâché juste à temps pour attraper ma correspondance.

– “Darling?”

Je souris 

– “Yes, I’m gonna be fine”.

“Ok then. You have a nice flight, and say hi to your mom and grandma for me!”

Elle me serra dans ses bras frêles, puis fit demi tour avant de s’évanouir dans la foule.

Je me retrouvais donc au milieu de l’aéroport de Los Angeles “LAX” avec ma valise et mon sac à dos. Je me dirigeais vers le comptoir d’enregistrement et confiais ma valise à l’agent d’escale, puis après obtention de mon billet m’avançait vers le waiting area, pour m’asseoir en attendant l’embarquement. Je commençai à feuilleter le dernier exemplaire d’Essence Magazine que j’avais acheté la semaine précédente et patiemment sauvegardé pour le vol. Sur la couverture, le regard envoûtant de la rappeuse Foxy Brown me fixait: m’était-il destiné ou était-ce une manière d’imposer sa beauté implacable au monde entier? Lésée par mon manque de vocabulaire, mon intérêt se transféra naturellement page après page en une multitude de femmes au milles complexions, de la cannelle au bois de cerisier, en passant par le cappuccino, leur coiffures variées et manucurées à souhait. Des beautés singulières, tant par leur diversité consciencieusement saupoudrée à travers les pages colorées du magasine que par la luminosité de leur regard franc et assuré. Des beautés qui pourtant ne trouvaient que rarement le chemin de magasines féminins français comme Biba ou encore 20 ans, d’où mon intérêt accru pour ce type de publications qui réconfortaient mon égo et me permettaient de sortir d’une invisibilité enracinée dans l’indifférence.

Au lycée, plusieurs fois le professeur de math m’avait confondu avec une autre élève qui ne me ressemblait aucunement. Chaque fois qu’il se trompait, et que je le reprenais, il prétextait que nous nous ressemblions comme des sœurs. Cependant, nos seules similarités se résumaient à l’intensité de nos complexités respectives et l’apparence texturielle de nos cheveux. Il arrivait pourtant à différencier Audrey et Nathalie, qui étaient des jumelles dizygotes. Sans pouvoir éloquemment l’articuler, ces lapsus récurrents qui au début m’interpellaient, s’étaient progressivement transformés en une frustration telle, qu’un jour en rentrant des cours j’attrapais une paire de ciseaux et coupait des années de pousse, priant après coup qu’une boite défrisant suffirait à me donner des airs d’Halle Berry.

Je survolais les pages, obnubilée par ces magnifiques photos de célébrités noires américaines, de modèles pour produits capillaires, cornant méticuleusement les pages sur lesquelles je retournerais une fois dans l’avion avec mon mini Larousse français-anglais; “Supermodel Tyra Banks tells us how she achieves and maintain her dynamic do’s” était sans équivoque l’un de ces articles… J’étais donc plongée dans mon étude préliminaire, quand un sentiment étrange et pénétrant m’envahit. Un homme, un regard pareil au regard des statues, assis près de moi, m’interpella d’une voix calme et grave. Était-ce la providence qui m’envoyait enfin un inconnu pour qui mon cœur transparent cesserait d’être un problème? Malgré les conseils de ma meilleure amie, je ne pus m’empêcher de lui sourire, avec un peu trop d’enjouement. Peut-être qu’en Amérique les règles de drague étaient différentes, qu’en savait-elle? Mon sourire l’encourageât sans doute à m’adresser la parole. Il commença par son prénom: Kojo. Je pensais à Jodeci. Cependant, ses intentions différaient des miennes: il avait juste besoin d’un service, à mon plus grand désarroi. Je compris qu’il était bien plus âgé que moi quand il m’informa que sa fille de 15 ans, Awa, prenait le même vol que moi. Kojo était originaire du Ghana; il avait récemment repris ses études d’ingénieur et conséquemment décidé d’envoyer cette dernière terminer sa scolarité là-bas, pour qu’elle soit plus encadrée et qu’il puisse se focaliser sur ses études. C’était la première fois que Awa prenait l’avion seule et il se demandait si j’aurai la gentillesse de jeter un coup d’œil sur elle et la diriger vers sa correspondance pour Accra à l’arrivée sur Paris, ou du moins jusqu’à ce que nos chemins se séparent. Comment aurais-je pu refuser à une bouche si parfaite? J’acceptait cette responsabilité, feignant un enthousiasme sans pareil et avec une conviction digne d’Hilary Banks, je lui assurais qu’il n’avait pas à s’inquiéter “Of course, don’t worry about it, she can stay with me”: une véritable américaine! 

Quelques minutes plus tard, Awa retournée du stand avec un sac remplit de friandises et chips en tout genre. Malgré sa grande taille et son air assuré, je reconnaissais bien après quelques échanges cette insouciance propre à l’adolescence. Une désinvolture familière, me rappelant qui j’étais n’il y a de ça que quelques années. En si peu de temps les choses avaient bien changées, et ces derniers temps les aspects de ma vie compliquée m’avaient responsabilisé et engendré en moi un fort désir d’appartenance.

Le vol avait du retard et après une demi heure d’attente, la compagnie nous annonça qu’un problème mécanique décalerait notre départ de quatre heures. Je dissimulai mon allégresse sous un soupir inquiet: quelques heures supplémentaires avec Kojo ne pouvait pas être si désagréable… Il s’approcha et m’annonça qu’au lieu d’attendre à l’aéroport, Awa et lui allaient à un barbecue chez un ami. J’eu un pincement de coeur… il en était peut être mieux ainsi.

“Oh ok, well have fun” désappointée, je m’apprête à retourner à mon siège quand Kojo m’interpella:

– “Hey, why don’t you come with us?”

December 2022 and January 2023 Exhibits at the Coral Springs Library!

A few months ago, while bringing back books at the library and noticed some artists showing their art in the lobby area. I thought that would be a great idea to inquire about it, and I did. Little did I dream I would land two months of exhibiting at my local library!

My First Exhibits!

These exhibits (Yes, this is not a typo: I am showing at two locations) will be my first ones, so this is a big deal. To be frank, I am still debating which pieces will be shown but I have to finalize my list soon because I only have a bit more than 10 days left to prepare it all!

Where and When are the Exhibits?

I am very excited to introduce a couple of my collections – Dotted (including dotted circles as well as my figurative dotted paintings) as well as Elated Strokes at the @browardlibrary this upcoming December 2022 and January 2023!

December 1-31st it will be at the Northwest Regional Library, in Coral Springs, FL (on University) and January 3rd-31st 2023 at the Regional Broward College Library in Coconut Creek, FL.

Daphné Essiet exhibition poster at the Coral Spring, FL Library

There will be of course my dotted circles, but also some of my figurative portraits (including Grace Jones’).

Special Announcements

Here are some of the art (the one I know for sure will be showing) I will be showcasing!

Will Viewer be able to purchase?

Unfortunately, I am not able to give any prices at the library; however, you can contact me privately by email and check out my Saatchi for more information.

I hope I will see you soon and don’t forget to tag me if you go and check out my paintings at the Coral Springs Library!

Dotted Circles: The Digital Take!

Scarcity and struggle are (often) the cradle of creativity.

What Prompted me to Create New Digital Art?

A few weeks ago I was approached by a company that wanted to license some of my pieces they had found on Saatchi. They required high-definition photographs of my art for printing. I have been meaning to invest in a DSLR camera for years but there has always been “something” coming up: you know… LIFE

For a few days, I tried to figure out ways or find someone who could lend me a camera; unfortunately, I was unsuccessful at it. Frustrated, yet determined to find solutions, I decided to look for other options: maybe I could edit some pictures digitally with Photoshop and Lightroom, and get better quality pictures? It still was not good enough for the company.

How did I Create a new Collection of Digital Paintings?

Finally, I thought I decided to see if I could do something in Adobe Illustrator. After all, this is the tool I am the most comfortable with and pretty skilled if I may say so myself. I started to brainstorm and after spending a few days trying out new things I was able to come up with digital versions of my dotted circles. Here’s my take:

Of course, they are a bit different from my originals (that was expected) but I have to say I love the result! I was so excited that I printed a few and have them for sale at the Sistrunk Kollective!

What do you think?

*If you have seen my acrylic painting on Saatchi, maybe you will recognize some of them and then some*

For updates follow me on Instagram!

Illustrations for Local Spa in Delray Beach, FL

A month ago I went to an entrepreneur meet-up at Vegan Fine Body, a local shop in Boca Raton that carries my Epurée Collection Notebooks.

Business Ladies Meet and Greet!

It is always nice to meet like-minded ladies in the area, a great way to network and make new friends! From this meeting alone, I was able to connect with Mallory Hopes, a health and wellness professional focused on Yoga with whom we organized a contest, and many other great ladies.

That day I also met Stacy, owner of Peaceful Beauty Spa in Delray Beach, and we decided to collaborate on a series of illustrations for her Spa. She wanted a variety of women represented in different Spa + Peaceful situations.

First Business Collab for Delray Beach Spa

After doing some research on Pinterest as well as pictures she sent me from previous photoshoots, we finally decided on the images I would reinvent. Here are the results:

I also create used one of my symmetrical designs to create a new 52 Weeks of Gratitude Journal you can now find exclusively at her store or online on Amazon!

I can’t wait to collaborate with even more people in the area.

Let me know what you think 😉

“Sip + Shop” with us at Cyth & Co. Oakland Park, FL

Next week Saturday come “Sip + Shop” with us at Cyth & Co. {pronounced KiTH}⚜️ @cythco in Oakland Park, FL (3446 NE 12th Av.) from 11 to 2pm along with other local vendors: @thehauteandhoney @roxycesscreations @flwr_pao

Hope to see you there!

Honeymoon Love Commission in Gold Black and White

Subscribe to my newsletter: http://bit.ly/gn

stylized illustration of a couple wedding depiction

Last year I was commissioned by a dear friend of mine to draw one of her wedding pictures.

Of course it was a bit daunting because I had never done that type of work, but I felt I could definitely give it a show.

I have to say, I impressed myself with this one! Not only did I love the artistry, I also enjoyed the experience of creating a piece that portrayed L.O.V.E was even better is that she loved it!

Needless to say, she also enjoyed it ❤️

Check out the close ups!

Daphné Mia Essiet © All rights reserved.

News: I am the New SistrunKollective Member in Fort Lauderdale, Florida

I am really excited to announce that I am now the newest member of the SistrunKollective.

The SistrunKollective is a Co-op style retail boutique featuring merchandise by local artisans and entrepreneurs. The boutique is located inside the Sistrunk Marketplace (10 top-quality restaurants food court), 115 NW 6th Street in Fort Lauderdale’s  Art District.

This basically means that each member pays part of the rent and in exchange has their own display. The “Kollective” allows each artist to display their items. With a wide range ranges of goodies from jewelry to handmade candles, hats, clothes, and of course (in my case) stationery it is a prime spot to stop by whenever you enjoy some time at the Sistrunk Marketplace Food Hall and Brewery! You can find the entire list of the vendors here.

Take a Look at my Display

Postcards

Featuring five illustrations from my latest collection, All That Pop. The postcards are 5×7 and come in a white blank envelope. You can also frame it and make it a “mini-poster”.

Notebooks

Journal your toughs and feelings, take notes, write lists, sketch, brainstorm ideas, doodle, document your feelings thoughts, and ideas or write songs, it is up to you to fill this diary!

  • Cover Finish: Matte or Glossy
  • Lined or Dotted
  • Perfectly bound glued spine
  • White Paper

Coloring Book

Also available on Amazon

Coloring is a great way to relax and restore. Take a “Zen-Break” and instantly break free from the stresses of everyday life, away from the million tasks and responsibilities of your to-do list. This coloring book is original for all coloring fans.

This book contains 50 original and unique symmetric zen doodles with blank back pages, so you are sure to be able to color with the confidence of not ruining your masterpiece due to bleed-through on the page.

  • 50 unique coloring pages, no-repeat
  • Single-sided print to prevent bleed-through
  • Great with pencils and Crayolas
  • White Paper, 90 GSM
  • Size: 8.5 x 8.5in pages
  • High-resolution printing

Perfect gift for experienced colorists/colorers looking for a little challenge!

Poetry book

Thoughts and feels of a woman in her mid-30s emerging and merging into the woman she was always meant to be.
#OnLustLoveAndEverythingInBetween
 Fifty curated poems I wrote between 2015 and 2019 plus a series of 4 short thought essay pieces.

Specialty Prompted Notebook/Logs

From gratitude journals, Kanji practice notebooks, and ukulele tabs, through primary composition notebooks for early writing learners, I got you! You even have an updated planner, in case you would like to get better organized!

Framed Mini Posters

Mainly prints from my newly created NFT Collection “Les Meufs” with some additional prints from other collections, framed and ready to be hung in your living room, office space, or bedroom. Their square shape (8x8in. frame for a 5x5in. illustration) are perfect if you are into tiles arrangements.

Posters

Mainly illustrations from my newest collection “All That Pop”, but also some oldies! Sizes are 12×16 or 11×17. Come wrapped in plastic with a kraft paper board backing.

Original Paintings

I created these pieces during the first lockdown, this one exactly 2 years ago, in May 2020. Painting truly helped me cope with the loneliness, fear, and everything that was going on in the world, at this time. If you come close enough you’ll become mesmerized by the detailed work, where each acrylic dot was painted, so to cover the surface of the canvas.

I hope you will get the chance to come by and see all of these “IRL”

Thank you!

So, I Launched My First NFT Collection: Les Meufs

Back when I was a kid, I used to collect and be obsessed with Panini stickers. I can remember when once, one of my uncles (or was it my grandpa?) came home with at least 50 packets of cards (each containing 6 stickers). The thrill of opening the packets and then looking for the corresponding page and place in my booklet is unequaled to this day. The highlight of my youth, is probably an understatement! Subsequently, I collected stamps and other trinkets, but nothing as exciting as the panini stickers.

Well, the process of creating these NFTs, reminded me of my childhood.

But What is an NFT?

Don’t worry, you are not alone.

Here is the Wikipedia definition: “A non-fungible token (NFT) is a non-interchangeable unit of data stored on a blockchain, a form of digital ledger, that can be sold and traded. Types of NFT data units may be associated with digital files such as photos, videos, and audio.”

Still confused? Here I gathered a couple of videos that IMO will do a better job than I will ever do:

Today, the majority of NFT creators are males, but I can see how, in the future – more and more women and artists from all horizons will be interested in creating these!

Les Meufs (the girls in Parisian slang) is an NFT collection of women who love bold colors and fantastic fashion.

Here are my first ones, which you can digitally purchase on Opensea

Not ready for NFTs? No problems – if you’d like to purchase these actual beauties as posters for your office or living room, head to my website (and be patient while I am uploading them) if there is one you are specifically interested in, please let me know and I will prioritize!

Pourquoi Je N’utilise Plus le Terme Métis(se)”

Avant tout, je pense qu’il est important de préciser que je crois en une seule race: la race humaine, mais que dans le contexte ci-dessous, je définis les race en tant que construction sociale qui affecte celles et ceux qui sont catégorisés de “racisées”. Les valeurs de chacun sont à prendre en considération car si elles sont sincères et ne s’inscrive pas dans une politique de respectabilité/sont performatives donne une meilleure idée du caractère des gens que leur origines. Finalement, meme si j’ai pris quelques classes sur le sujet, je ne suis pas une sociologue ou une universitaire.

Je fais partie de ceux qui pensent que la sémantique est importante et que le poids des mots façonne notre façon de penser et donc de nous comporter les uns envers les autres.

Récemment, lors de l’une de mes expédition Youtube – ou – I went down the rabbit hole – je suis tombée par hazard sur une video ou des jeunes filles parlaient de leur expérience de femmes “métisses”. Cela m’a bien sûr interpelé étant moi-même considérée comme telle. Cependant, plus je les entendais prononcer ce mot, plus mon malaise grandissait, sans pourtant pouvoir en articuler les raisons profondes. J’avais sans doute lu ou entendu lors de mon éducation des choses qui m’avaient marquées, et qui avait au fil du temps malgré s’être estompées dans ma memoire, laissaient place au sentiment de mal-être. Etant quelqu’un de curieux, je décidais donc d’explorer les raisons pour lesquelles ce terme me dérangeait autant. Mon malaise était-il justifié, ou mon ressentiment avait-il lieu d’être?

Tout d’abord, je comprends que dans le vocabulaire courant le mot “métis(se)” est utilisé afin de définir toute sorte de mélange, qu’il soit culturel, racial ou ethnique. Je ne l’entends pas comme cela: je l’utilise exclusivement pour les hommes ou les femmes issues d’une union noire/blanc et c’est de cela dont je traiterai ici. Chacun est bien entendu libre de l’utiliser comme bon lui semble. De plus, j’ai passé mes années formative en France mais habite aux Etats Unis depuis l’age de 23 ans, cela fait maintenant plus de 17 ans. Je pense que c’est un détail que je me dois de divulguer, car très important pour expliquer la logique de mon raisonnement personnel. C’est ici que j’ai pu en grande parti m’affranchir de certaines attentes sociétales qui m’avaient été inculquées, pour la plupart à mon insu, grandissant en France. Une prise de conscience quant aux limitations que j’avais internalisé au fil des années non seulement en tant que femme, mais aussi en tant que personne racisée. Principalement, dans le cadre de l’éducation supérieure que j’ai pu recevoir ici – et l’étude de textes historiques et de société notamment à travers des classes comme African-American Studies, People+Power & Politics, et Advanced French Literature (ou nous étudions en grande partie les auteurs issue de la diaspora noire).

A partir du moment où mon prisme s’est élargie, j’ai commencé à voir les choses sous une autre perspective. Par exemple, j’ai une véritable passion pour les arts et en particulier pour la musique; il coule donc de source que l’agrandissement de mes connaissance m’ai encouragé et permis de postérieurement redécouvrir des musiques Pop, Hip Hop et RnB américains qui avaient bercés mon enfance et adolescence dans les années 80 et 90 – mais qui avec la barrière de la langue et sans réel contextes historique et sociétal n’avait eu qu’un impact partiel. Comment aurai-je pu savoir que la chanson “Happy Birthday” de Stevie Wonder était une manière de popularisé l’anniversaire du Dr Martin Luther King Jr, l’une des figures emblématique du Civil Right Movement, en afin que la date de son anniversaire soit reconnue comme fête nationale aux Etats Unis? Ou que dans “Redemption Song” de Bob Marley cite l’extrait d’un discours de l’activiste panafricain originaire de Jamaique Marcus Garvey, donné en 1937 (We are going to emancipate ourselves from mental slavery because whilst others might free the body, none but ourselves can free the mind. Mind is your only ruler, sovereign. The man who is not able to develop and use his mind is bound to be the slave of the other man who uses his mind …)? Je me rendais compte à ce moment là que les artistes n’avaient pas que pour but de divertir leur public, mais également de faire réfléchir ceux qui les écoutaient, dénoncer les injustices et faire un état des lieux: de planter des semences qui sous des circonstances favorable pourraient fleurir. Plus tard, j’ai également revisiter de textes de Rap et RnB français (je pense notamment aux albums de iAm, NTM, la B.O de la Haine, ou les Nubians, pour n’en citer que quelques uns) qui avec le recul me parlent désormais encore plus.

J’ai continué mon processus d’apprentissage à travers le cinéma, la littérature afro-féministe, psychologique, sociologique et sociétales, romans et autobiographiques, podcasts, émissions télévisées (merci Youtube), et plus récemment l’art visue, tant d’outils qui m’ont permis de peaufiner ma vision afin de recalibrer et recontextualiser mes experiences et developer une sensibilité sur certaines thématiques pertinentes aux inégalités en général. Finalement, il va sans dire que mon expérience personnelle fut elle aussi un atout qui me permis d’analyser mes progrès, in real time.

Pour en revenir a mon sujet initial, c’est dans cette optique que je considère le terme “métisse”.

Aux Etats Unis le terme “métisse” n’a pas lieu d’être. Pendant 400 ans d’esclavages, les violences sexuelles envers les femmes asservies étaient parties courantes, conduisant a de nombreuses naissances d’enfants issus de ces viols. De ce fait, la quasi majorité des noirs américains ont quelque part dans leur généalogie une ascendance Européenne. La loi du “One Drop Rule” dictant que toute personnes ayant ne serait-ce qu’un ancêtre d’origine Africaine soit légalement catégorisé de “noir(e)” – fut instauré afin de bloquer l’accès aux droits fondamentaux exclusivement octroyés aux blancs, comme le droit succession, l’accès a la propriété, le droit de vote, la citoyenneté etc… pour que quand bien même un exclavagiste aurait voulu reconnaitre s ou ses progénitures, il n’en aurait pas eu la possibilité. C’est pour cette raison que des personnalités comme Mariah Carey, Tracy Ellis Ross, Lenny Kravitz, Alicia Keys ou encore Jennifer Beals sont considérées comme noires.

En français, Le terme “métis(se)” vient du mot espagnol “mestizo” qui avait pour but de qualifié les enfants issus d’unions entre autochtones et espagnols dans les Amériques, (*different de mulâtre, terme pour définir les enfants des noirs et espagnols) terme plus tard adopté dans les Antilles françaises. C’est donc un qualificatif qui s’inscrit dans l’idéologie racialiste, un mode de classification fondé sur la notion de race apparu en Europe au milieu du xixe siècle, crée par les colons afin de caster socialement les individus selon leur proximité à la blanchité ou la negritude, et je ne veux pas utiliser un mot inventé par des colons pour hiérarchiser et minimiser mon humanité, et établir une domination.

Deuxièmement, je considère ce mot ayant une connotation exotifié et les individus perçus dans cette catégorie fétichisés; Tout en restant noir(e), la femme ou l’homme le/la métis(se) peut se rapprocher d’un standard de beauté plus eurocentrique de par la couleur de sa peau, ses traits, la texture de ses cheveux, et recevoir un traitement privilégié par rapport aux personnes plus foncées. J’ai mainte fois entendu comme réflection “les enfants métisses étaient trop beaux”, ce qui malgré l’intention des gens – de donner un compliment – s’inscrit pour moi dans une logique négrophobe. A cela s’ajoute le phénomène des personnes non-noires adoptant les codes de la communauté noire et mimiquant des traits physiques afin d’être perçu(e)s comme noires ou métisse (voir Kardashian et blackfishing).

Finalement, je parlerais des conséquence de l’adulations des noir(e)s-américains en France. Que ce soit de la part des blancs comme des celle des noirs (ou autres), les noirs américains, de Joséphine Baker à Beyoncé – en passant par Denzel Washington ou encore Will Smith, crée un veritable engouement. En effet, pour les raisons érigés plus haut, ces individus ont en general des caractéristiques physiques moins prononcés, accuplé a l’hégémonie américaine – accentués par des series comme le Cosby Show dans les années 80 et le Prince de Bel Air dans les années 90 – qui dépeint les vies à succès de ces individus – rendent leur négritude plus acceptables dans l’inconscient collectif, et ceux perçus comme “métis(se)” plus souvent comparés à ces “idéaux”.

En definitive, après avoir analysée les raisons pour lesquelles ce mot me déplais, je le banni sans crier gare de mon vocabulaire, car je considère que c’est un terme colonial qui contribue de la négrophobie.

February 2022 and the 28 Days Of Black Hair Challenge

This past February month, in honor of Black History Month 2022, visual artist Vashti Harrison initiated a Black Hairstyle Illustration Challenge on Instagram #28DaysOfBlackHair – to celebrate Black Hair’s beauty and versatility. I decided to participate (although haven’t completed all entries)

The Idea: Black Girl Illustration

Initially, I created this girl character for a children’s book I would like to develop. I came across the online challenge and thought this would be a great incentive for me to be consistent in my process and a way to come up with different ideas.

In the Black community, hair has always been a way of expressing oneself. In the past years, the natural hair movement has reached mainstream media and more people have become more familiar with it and aware of some of the challenges we have been facing in terms of fascination and discrimination

I believe that representation matters and because of my personal history, I have always enjoyed and felt compelled to work on art that showcases Black hair.

The Process of Creating the Character

I worked in both Procreate and Illustrator. Because I had already created a multitude of facial expressions for this character, I would focus on the hair, poses, and outfits on the day to day basis.

Once I was done researching and drawing in Procreate, I would export the black and white outline as a PNG in order to digitize it as a “Black and White Logo” vector in Illustrator. Once this was completed, it would be time to “assemble” the hair of the day with the body/outfit, make some adjustments (resize, redraw some things), then expand its appearance and add colors and patterns for a final look.

Finally, I would add the hairstyle using the same font each day (Epicursive Script) and export it to post it on Instagram. 

I was also able to repurpose some of my previous work for this project. For instance, I used  my Afropop patterns on some of the outfits (I used them on the cover of the notebooks I created for Amazon as well as my interior design collection from my website)

Last Words on 28 days Challenge

This was a fun project, and I plan on completing all the remaining entries at some point as it will not only give me a lot of practice but also a multitude of character poses to choose from!

Stay tuned for upcoming projects!